Les oies sauvages

Publié le par Lyly Jane

Jeudi
 en
 poésie

 

vol oies


Guy de MAUPASSANT

(1850-1893)


Les oies sauvages

 


Tout est muet, l'oiseau ne jette plus ses cris.
La morne plaine est blanche au loin sous le ciel gris.
Seuls, les grands corbeaux noirs, qui vont cherchant leurs proies,
Fouillent du bec la neige et tachent sa pâleur.

Voilà qu'à l'horizon s'élève une clameur ;
Elle approche, elle vient, c'est la tribu des oies.
Ainsi qu'un trait lancé, toutes, le cou tendu,
Allant toujours plus vite, en leur vol éperdu,
Passent, fouettant le vent de leur aile sifflante.

Le guide qui conduit ces pèlerins des airs
Delà les océans, les bois et les déserts,
Comme pour exciter leur allure trop lente,
De moment en moment jette son cri perçant.

Comme un double ruban la caravane ondoie,
Bruit étrangement, et par le ciel déploie
Son grand triangle ailé qui va s'élargissant.

Mais leurs frères captifs répandus dans la plaine,
Engourdis par le froid, cheminent gravement.
Un enfant en haillons en sifflant les promène,
Comme de lourds vaisseaux balancés lentement.
Ils entendent le cri de la tribu qui passe,
Ils érigent leur tête ; et regardant s'enfuir
Les libres voyageurs au travers de l'espace,
Les captifs tout à coup se lèvent pour partir.
Ils agitent en vain leurs ailes impuissantes,
Et, dressés sur leurs pieds, sentent confusément,
A cet appel errant se lever grandissantes
La liberté première au fond du coeur dormant,
La fièvre de l'espace et des tièdes rivages.
Dans les champs pleins de neige ils courent effarés,
Et jetant par le ciel des cris désespérés
Ils répondent longtemps à leurs frères sauvages.

 

 

 

Commenter cet article

Parisianne 21/07/2010 08:57



Maupassant un maître qui maîtrise toutes les formes littéraires pour nous emporter. Merci de ce rappel.


Je suis un peu rare par ici en ce moment et cela risque de ne pas s'arranger dès la fin de semaine mais je tâcherai de passer de temps en temps. Je te souhaite un bel été.


Bises


Anne



krystelphil 19/07/2010 11:14



très beau poème.


bonne journée
C
H
R
I
S
T
E
L
L
E



Tricôtine 16/07/2010 20:50



envol de liberté chez toi Lyly !!!  véritable tableau !!  si on transpose ... ça sent la liberté des vacanciers pendant que les autres sont enchainés à leur bureau ! hihi!!
bizzzoux .



Tit'Anik 15/07/2010 23:19



très beau texte


Il est des oies de basse court qui suivent l'appel des oies sauvage, souvent elles ne peuvent suivrent et s'arrête ou meurent en cours de chemin. Mais
certaines y arrivent et recouvrent la liberté.


As-tu vu ce reportage d'un homme qui à élevé des oisons, leur a appris à voler avec son ULM et les a rendu à la liberté. Depuis tous les ans, elle reviennent
dans la basse cour, comme une escale, qui sais peut-être pour le remercier ...


Amitiés



hauteclaire 15/07/2010 18:36



Très beau poème, liberté et tristesse.


J'ai parfois vu ces vols de migratrices, au combien spectaculaires.


Et puis, je suis aussi de cet avis, tu nous donnes un coup d'air frais !


Bisous